Notre dossier sur la lumière solaire se décompose en trois parties. Dans ce premier volet nous expliquons les principes du rayonnement solaire.

Le Soleil et son spectre lumineux

Le Soleil est une masse de gaz en fusion. Il émet des particules, appelées photons, en très grandes quantités. Ils représentent une énergie lumineuse qui rayonne à la vitesse de la lumière. C’est le rayonnement solaire. Le spectre solaire représente le rayonnement émis par tous les gaz en fusion.

Les appareils de mesure

La puissance du rayonnement est mesurée à l’aide d’un pyranomètre en W/m2. Il est sensible dans un domaine spectral de 300 à 2500nm. Il est généralement utilisé en tête de serre pour connaître l’intensité lumineuse disponible pour la culture.

Pour décomposer un faisceau lumineux afin d’en dégager un spectre, l’appareil utilisé est un spectroradiomètre. Il analyse généralement les longueurs d’ondes de 300 à 1000nm. Dans une serre il permet de connaitre l’intensité lumineuse distribuée aux plantes sur chaque longueur d’onde.

Composition du spectre solaire

Le rayonnement théorique de notre soleil est le suivant :

Rayonnement du soleil

Ainsi, à la surface de la Terre le rayonnement solaire est composé d’ultra-violet, de lumière visible et d’infra-rouge répartie de cette manière :

Description spectre du soleil

Lorsque vous réalisez une mesure du rayonnement solaire le résultat obtenu est la somme du rayonnement thermique et du rayonnement lumineux. Le rayonnement solaire est composé de 40% de lumière et 60% de chaleur.

D’une manière générale, le spectre du soleil est comparable à celui d’une lumière 5800 K. Vous pouvez retrouver notre article sur le kelvin ICI.

Ce spectre suggère une composition fixe de la lumière solaire, pourtant nous remarquons tous les jours que la lumière du soleil varie. Cette lumière change selon l’endroit, la saison, la météo et l’heure de la journée.

Dans notre prochain article nous décrypterons les variations du spectre solaire perçues sur Terre.